NL
FR
Nature sans
frontières
 

La Montagne Saint-Pierre est le plateau situé entre les basses vallées du Geer et de la Meuse. Le sous-sol calcaire de cette contrée a été formé durant le Crétacé, une période remontant à plus de 65 millions d’années, dans un milieu marin où s’épanouissaient des animaux, comme en atteste la découverte de nombreux fossiles dont le célèbre mosasaure.

Au cours des siècles, une végétation typique s’est progressivement installée dans cette région : les pelouses calcaires, surtout grâce à l’usage des pentes comme pâtures pour les moutons et les chèvres. Comme il y a en moyenne ici peu de précipitations, que le soleil brille davantage, que les pentes sont bien protégées et que le sol calcaire est très perméable, on rencontre des espèces végétales et animales très rares sur la Montagne Saint-Pierre. Il s’agit d’espèces souvent d’origine méditerranéenne, telles que le lézard des murailles, certaines orchidées et de nombreux insectes. Pour préserver ce biotope unique des pelouses calcaires, il faut régulièrement débroussailler et défricher la zone. Les vigoureux moutons de race Mergelland prennent ensuite le relais pour entretenir ces pelouses où ils paissent en toute tranquillité.

L’exploitation séculaire de la marne a donné naissance à un impressionnant réseau de galeries souterraines dans cette région et c’est à présent devenu l’un des principaux centres d’hibernation pour des milliers de chauves-souris issues de toute l’Europe de l’Ouest. La région compte aussi des dizaines de carrières de marne, de craie et de silex à ciel ouvert. Dès que cesse l’exploitation de l’une d’entre elles, la nature reprend ses droits de manière spectaculaire.